L’Euskadi est le coeur du Pays basque espagnol et c’est dans cette région que la présence de l’euskara, la langue basque, est le plus marquée. L’Euskadi, aussi connue sous le nom de Communauté autonome du Pays basque, a été formée en 1978 par l’union de trois provinces basques: le Guipúzcoa, la Biscaye et l’Alava. Chacune conserve son caractère bien particulier qui se manifeste dans sa géographie, son architecture et ses traditions. Les villes de Bilbao et de San Sebastián battent au rythme de l’innovation et sont des destinations incontournables pour les gastronomes.

    PUBLICITÉ

LE GUIPÚZCOA

Le Guipúzcoa (ou Gipúzkoa en langue basque) est la plus petite mais la plus riche des trois provinces du Pays basque espagnol. C’est un territoire de contrastes où certaines vallées ont su préserver leur caractère rural alors que d’autres son fortement industrialisées. C’est dans les vallées agricoles de l’intérieur, sises aux pieds de majestueuses sierras et parsemées de villages typiques, que la culture basque s’exprime sans retenue. L’été, les touristes venus d’Espagne et d’ailleurs envahissent les plages de la côte du Guipúzcoa et ses ports de pêche normalement tranquilles. San Sebastián, l’une des villes les plus sophistiqués d’Espagne, est le coeur de la région. Elle possède une offre gastronomique hors du commun dont l’influence dépasse largement ses frontières.
Surnommée la “perle de la Mer Cantabrique”, San Sebastián est une ville plaisante avec une scène culturelle dynamique et une offre gastronomique de niveau mondial. Connue sous le nom basque de Donostia, San Sebastián est installée sur un site magnifique formé d’une grande baie, la concha, bordée de deux collines. L’endroit était la station balnéaire de choix de l’aristocratie à la fin du XIXe siècle comme en témoigne l’architecture “Belle Époque” des édifices bordant le front de mer. L’une des activités favorite des habitants de San Sebastian est d’ailleurs de se promener le long de la baie en empruntant le Paseo de la Concha.  Il ne faut pas manquer d’admirer l’emblématique Peine del Viento, une oeuvre monumentale du sculpteur basque Eduardo Chillida accrochée à même les récifs au pied du mont Igeldo. La partie ancienne de la ville, autrefois fortifiée, est un quartier pittoresque où l’animation est permanente. C’est dans cette partie de la ville que se concentrent les fameux bars à “pintxos”, ces miniatures culinaires allant de la traditionnelle tartine de pain couverte d’aliments aux petites créations de haute cuisine.  Il faut prendre le temps de “ir de pintxos”, c’est à dire d’aller de bar en bar pour déguster ces petits chefs d’oeuvres culinaires. En plus des bars de pintxos, l’expérience gastronomique de San Sebastián passe par un grand nombre de restaurants offrant une cuisine d’auteur inspirée par le mouvement de la “nouvelle cuisine basque”.
La côte du Guipúzcoa offre un paysage formé de falaises majestueuses entre lesquelles se glissent de jolies plages, des ports de pêche et des villages au vieux quartier invitant. Tout juste après la frontière franco-espagnole, la ville d’Hondarribia possède un vieux quartier ayant conservé ses remparts du Moyen-Âge. Tout près de San Sebastián, le secteur de Pasaia-Donibane, avec sa rue unique formée d’une succession de passages couverts, a conservé sont caractère de joli port de pêche coincé contre les falaises. Victor Hugo y a élu domicile au milieu du XIXe siècle et il est possible de visiter la maison où il a vécu. Vers l’ouest se succèdent une série de petits ports et de belles plages. La ville de Zarautz possède la plus grande plage de la région est très appréciée des touristes. Un peu plus loin, le village portuaire de Getaria est l’un des plus joli du secteur. Un peu au sud, entre mer et montagnes, les amants de la nature découvrirons avec bonheur le parc naturel de Pagoeta et le charmant petit village d’Aia. Le village côtier de Zumaia est le point de départ de nombreuses excursions maritimes ou terrestres permettant de découvrir le phénomène géologique des falaises de flysch. Encaissé dans une crique, le plus occidental des ports du Guipúzcoa, Mutriku, possède un joli secteur médiéval d’où s’ouvrent de magnifiques vues sur la mer.
L’intérieur du Guipuzcoa est découpé de nombreuses vallées où s’affiche l’authenticité du Pays basque rural. Au coeur de ces vallées, la ville de Tolosa est partagée entre son héritage industriel et ses traditions populaires. Son marché couvert, construit sur pilotis, est fort populaire le samedi matin. La ville d’Ordizia mérite un arrêt pour son marché du mercredi, le plus important du Guipúzcoa. Tout près d’Ordizia, la petite ville de Beasain est la porte d’entrée du parc d’Aralar et ses pâturages peuplés de troupeaux. La petite ville de Segura, située dans un cadre naturel exceptionnel, a conservé sa splendeur héritée du Moyen-Âge. Dans les environs, on découvre les vestiges du site minier d’Aizpea qui, jadis, assurait la prospérité de la région. Un peu plus au sud, la petite ville de Legazpi met également en valeur son passé métallurgique avec un parc thématique dédié à l’industrie du fer au Pays basque. Au coeur de la vallée de l’Urola, dans les environs de la ville d’Azpeitia, le parcours de la “route des trois temples” permet de découvrir trois sites importants du patrimoine religieux au Pays basque: l’imposant sanctuaire de San Ignacio de Loyola, l’ermitage Santa Maria de la Antigua et le sanctuaire d’Arantzazu, symbole important pour les Basques et situé non loin de la très jolie ville d’Oñati.

    PUBLICITÉ

LA BISCAYE

La province de Biscaye (Bizkaia en espagnol et en langue basque) est le moteur économique du Pays basque moderne. Elle possède plusieurs attraits emblématiques de la culture basque. C’est en Biscaye que les rois d’Espagne venaient réaffirmer les fueros garantissant l’autonomie des Basques au pied du chêne de Guernica. La ville de Bilbao est devenue un symbole de modernité et de renouveau avec la construction du musée Guggenheim et la réhabilitation de son ancien centre métallurgique sur les bords du fleuve Nervión. La province possède également de nombreux attraits naturels dont la magnifique réserve de la biosphère d’Urdaibai ou les parcs naturels de Gorbeia et d’Urkiola, ainsi que de pittoresques villages côtiers.
Capitale de la province de Biscaye, l’agglomération de Bilbao (Bilbo en langue basque) compte près d’un million d’habitants. Surnommée botxo, « le trou » en langue basque, la ville est installée dans une dénivellation entourée de collines verdoyantes et est traversée par le fleuve Nervión. Autrefois réputée pour ses panoramas de ville industrielle sinistre et polluée, la ville a su se réinventer au tournant du XXIe siècle en osant d’ambitieux projets de rénovation urbaine. La tête d’affiche de cette métamorphose reste sans contredit le magnifique musée Guggenheim de Bilbao. La silhouette de cet immeuble aux vagues de titanes s’intègre parfaitement aux bords du fleuve Nervión, autrefois occupé par des usines métallurgiques. Inauguré en 1997, le musée d’art contemporain est devenu l’un des plus célèbres du monde. Le cœur de la ville bat au rythme de son Casco Viejo organisé autour de sept rues originelles. On y retrouve nombre de restaurants, bistros et bars qui s’animent en soirée. Les bords du fleuve Nervión offrent la possibilité de longues balades permettant de découvrir la richesse architecturale de la ville ainsi que les vestiges d’un passé industriel pas si lointain. Situé un peu plus en aval sur le fleuve, le Pont transbordeur de Biscaye, classé au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, est l’un des symboles de cette époque industrielle.
La côte de Biscaye est parsemée de petits ports de pêche, de villages et de plages tranquilles. On y découvre avec plaisir les ports de pêche d’Ondarroa, Leikeitio et Elantxobe, blottis entre les falaises de la côte. Chacun possède son caractère particulier et des fêtes colorées y sont célébrées tout au long de l’année. Plusieurs plages invitantes et peu connues sont autant d’occasion de profiter de la mer dans un cadre enchanteur. La plage de Laida, au sable fin et doré, est située sur un site spectaculaire à l’embouchure de l’estuaire de la ria de Gernika. Juste en face se trouve le petit village de Mundaka, l’un des plus charmants de toute la côte basque. Une bonne partie du territoire bordant l’estuaire de la ria de Gernika forme la Réserve d’Urdaibai, reconnue réserve de la Biosphère par l’UNESCO. L’une des attractions du secteur est la forêt enchantée d’Oma formée de pins et d’eucalyptus transformés en palette de couleurs par la main de l’artiste basque Agustín Ibarrola. À quelques kilomètres de là, la ville de Gernika-Lumo renferme plusieurs symboles de l’autonomie basque dont le fameux chêne de Gernika. Une route agréable longeant les falaises relie Bermeo, un important port de pêche, à la station balnéaire de Bakio, un incontournable pour les amateurs de surf. Non loin de là, le spectaculaire ermitage de San Juan de Gaztelugache est installé au sommet d’un promontoire rocheux bravant les vagues de l’Atlantique.
À quelques dizaines de kilomètres au sud-est de Bilbao se trouvent les parcs naturels de Urkiola et de Gorbeia. Le mont Gorbeia, avec ses 1480m, marque la ligne de partage des eaux entre les bassins atlantique et méditerranéen. Avec leurs paysages sauvages composés de forêts et de hautes crêtes, ces deux zones protégées offrent d’innombrables possibilités pour les activités de plein air. Les villages des environs sont autant d’opportunité de découvrir le Pays basque rural et de goûter aux spécialités locales. La ville de Durango est la plus importante agglomération du secteur et possède un riche patrimoine architectural. À l’ouest de Bilboa, la région des Encartaciones a su préserver son caractère traditionnel et son identité propre. Cette petite enclave basque entre Castille et Cantabrie est en retrait des circuits touristiques. Le chef-lieu de la région est la petite ville de Balmaseda qui possède un agréable centre historique. Une balade dans les environs permet de découvrir la Biscaye profonde. Il faut s’aventurer dans la vallée de Karrantza qui est parsemée de hameaux authentiques et de fermes traditionnelles. Les villages des environs permettent de découvrir de beaux spécimens de l’architecture rurale biscayenne.

L’ALAVA

L’Alava est depuis toujours une terre de passage soumise aux influences et aux invasions extérieures, ce qui lui confère un caractère distinct des autres provinces basques. L’influence latine y est plus marquée et la présence de la langue basque, plus réservée. Son territoire est composé de grandes plaines où l’agriculture y tient une place importante. Elles sont entourées d’une succession de petites chaînes de montagnes escarpées et sauvages où se succèdent de petites agglomérations rurales. Plusieurs sont des villages fortifiés pourvus de magnifiques demeures médiévales ayant appartenues jadis à de puissantes familles nobles s’étant disputé le contrôle de la région. Le sud de la province est célèbre pour sa production vinicole et possède quelques-uns des plus beaux vignobles d’Espagne.
La ville de Vitoria-Gasteiz souffre de la notoriété des villes de Bilbao et de San Sebastián. Mais la capitale administrative de l’Euskadi possède plusieurs attraits. L’agglomération est réputée pour sa qualité de vie avec ses nombreux espaces verts, son système de transport efficace et sa scène culturelle vivante. Le cœur originel de la ville est organisé autour de quelques rues en forme d’amande. Située en bordure du vieux quartier médiéval, la plaza de la Virgen Blanca est l’épicentre de la ville. L’élégante place est entourée d’une série de maisons aux façades ornées de bow-windows toutes blanches. À un jet de pierre de là, le centre-ville moderne est pourvu de rues piétonnes larges et agréables. À l’est de Vitoria-Gasteiz s’étend la plaine de l’Alava qui depuis des temps immémoriaux est une voie de passage naturelle entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe. C’est une zone agricole où se déploient des champs de blé dignes des grandes prairies. De beaux villages fortifiés se dressent dans la plaine avec, en arrière-plan, les verdoyantes sierras. Ancienne place forte, la petite ville de Salvatierra-Agurain conserve en partie ses anciennes fortifications.À 4 kilomètres au sud de la ville se dresse le dolmen de Sorginetxe, la «maison de la sorcière », l’un des plus spectaculaire site préhistorique de l’Alava.
La montaña alavesa, situé au sud-ouest de la province de l’Alava, est une zone montagneuse entrecoupée de vallées qui jadis servaient de passage vers la Navarre voisine. C’est une partie du Pays basque méconnue, propice aux activités de plein-air et à la découverte d’un riche patrimoine historique. De petits villages fortifiés et de nombreux ermitages rappellent la valeur stratégique du secteur à l’époque médiévale. À 15 kilomètres au sud-ouest de Salvatierra-Agurain, les villages de Contrasta et de San Vicente de Arana abritent de beaux exemples d’églises fortifiées. Un peu plus loin, le parc de la vallée d’Izki est une vaste zone quasi-sauvage au relief doux bordée de montagnes dont le sommet le plus élevé est le mont Kapildui à 1.177 m. Quelques hameaux occupent la vallée, comme les villages de Korres ou de San Román de Campezo qui conservent en partie leurs fortifications médiévales ainsi que de magnifiques ermitages. Le village d’Antoñana mérite un détour pour sa muraille construite au Moyen-Âge dans laquelle on a de nos jours intégré des logements. Ce hameau est également réputé pour son miel caractéristique de l’Alava protégé par une appellation contrôlée.
Le secteur de la Rioja Avalesa tire son nom de la plus célèbre appellation vinicole espagnole, « la Rioja », qu’il partage avec la province voisine du même nom. Tournée vers le bassin de l’Èbre, la région se distingue du reste du Pays basque. Elle profite d’un micro-climat idéal pour la culture de la vigne et des dizaines de vignobles y élaborent des vins charnus dont la réputation a depuis longtemps dépassé les frontières du pays. Les villages de Laguardia, Elciego ou Labastida sont les principales localités associées à la culture du vin. Elles possèdent toutes à leur façon le charme des cités médiévales et sont installées au milieu des vignobles. Le village de Laguardia est particulièrement intéressant. Perché sur un promontoire, le vieux centre historique est composé de jolies rues étroites. Chacune des maisons possède sa cave à vin privée creusée dans le sous-sol du village. La circulation automobile y est d’ailleurs interdite afin d’éviter l’effondrement de ces structures. Depuis quelques années, des vignobles délaissent les styles architecturaux classiques et adoptent une apparence moderne et avant-gardiste. Les deux plus beaux exemples de cette tendance sont sans doute la Bodega Marqués de Riscal de El Ciego et la Bodega Ysios de Laguardia dont l’architecture illustre bien cette ambition d’unir traditions vinicoles et modernité.
Voir le film

Découvrez l'Euskadi

Visionnez PAYS BASQUE: UNE NATION SANS FRONTIÈRES en vidéo sur demande
Voir le film

    PUBLICITÉ

LIENS UTILES