LaNavarre (Navarra en espagnol, Nafarroa en langue basque) est une région marquée par l’histoire qui s’interroge encore aujourd’hui sur son identité. Partie intégrante du Pays basque pour certains, elle est pour d’autres un pays en soi. Siège d’un puissant royaume englobant tout le Pays basque et davantage au tournant du Moyen-Âge, cette communauté autonome d’Espagne tient à sa spécificité. Porte d’entrée espagnole du célèbre Chemin vers St-Jacques de Compostelle, elle a de tout temps été soumise à des influences extérieures qui ont forgé son identité. Les vallées du nord évoluent au rythme des Pyrénées et d’une forte présence de la culture basque. Plus au sud, les montagnes cèdent la place à de vastes plaines parsemées de villages fortifiés, de châteaux médiévaux et de monastères où l’influence castillane y est proéminente. Entre les deux, tel un trait-d’union entre deux mondes, la capitale Pampelune, est le centre industriel et politique de la Navarre.

LE NORD DE LA NAVARRE

Des routes sinueuses effleurant de majestueux cols de montagnes permettent d’atteindre la zone montagneuse du nord de la Navarre. Ce secteur occupe le versant sud des Pyrénées, entre l’océan Atlantique et le Pic d’Annie. C’est une zone composée de plusieurs vallées aux gorges étroites et aux forêts denses offrant des possibilités de découvertes et d’aventures exceptionnelles. Chacune de ces vallées conserve jalousement son identité et ses traditions qui sont fortement marquées par la culture basque. On y découvre des villages bien préservés, des carnavals extravagants et des produits du terroir savoureux.
La vallée de la Bidasoa est la plus occidentale et la plus industrialisée des vallées navaraises. Facilement accessible depuis la côte, elle est pourvue de jolis villages comme Lesaka, Arantza ou Doneztebe. Le secteur est célèbre pour sa truite qui est d’ailleurs mise en valeur dans toutes les bonnes tables locales. La verdoyante vallée du Baztan est une contrée de bergers et une étape pour les pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Bercée par un climat océanique doux, la région est pourvue de jolis villages à l’architecture typiquement navarraise. Ses habitants perpétuent ici aussi des traditions séculaires qui se manifestent à travers un grand nombre de manifestations culturelles. Des dizaines de sites préhistoriques permettent de découvrir dolmens et cromlechs. Le village d’Elizondo possède de belles maisons blasonnées. En remontant la vallée vers le nord, on peut découvrir de tranquilles hameaux de montagne comme les bourgs de Urdazubi ou Zugarramurdi, tous réputés pour leur offre culinaire traditionnelle. Non loin de Zugarramurdi se trouve la Grotte des sorcières. Cette série de cavernes creusées dans le calcaire aurait jadis accueillie les incantations d’habitants du secteur ultimement accusés et condamnés pour sorcellerie par l’Inquisition espagnole.
La vallée de Roncevaux (Roncesvalles, en espagnol), la plus mythique des vallées pyrénéennes, abrite une étape importante sur le chemin de Compostelle et est très fréquentée par les touristes. Une fois dépassé le centre d’accueil de Roncesvalles présentant un ensemble d’édifices dédiés aux pèlerins et aux touristes, on peut explorer quelques charmants villages comme Auritz, Zubiri ou Irotz. La vallée d’Irati est la plus sauvage de toutes et offre de nombreuses possibilités de randonnées. À partir du village d’Orbaitzeta, il est possible de découvrir la magnifique forêt d’Iraty. À proximité se trouve l’ancienne fabrique d’armes blanches d’Orbaitzeta et les dolmens d’Azpegi. Un peu plus au sud, on peut explorer à pied les majestueuses gorges de Lumbier.
La vallée du Salazar est l’une des plus agréables à explorer. C’est un paradis pour les amoureux de randonnée qui peuvent partir à la découverte de magnifiques gorges creusées par la rivière dans les falaises de calcaire. Une succession de petits hameaux à l’architecture soignée occupent les rives de la rivière Salazar. Le village d’Ochagavía est la localité la plus pittoresque et est considéré comme l’un des plus beaux villages de Navarre. Cette vallée est par ailleurs une véritable étape gourmande dont les spécialités préparées avec de la viande de veau ou d’agneau, de la truite ou des champignons, ont fait sa réputation. La Vallée de Roncal est la plus orientale de toutes les vallées navarraises. Ses traditions ancestrales, sa gastronomie savoureuse et sa nature à l’état pur l’ont rendu célèbre. Du nord au sud, le long de la rivière Esca, se succèdent sept magnifiques villages aux rues de pierres pourvus d’authentiques maisons de ferme serrées les unes contre les autres. Les plus intéressants de ces bourgs montagnards sont les villages d’Isaba et de Roncal. Un passage dans la vallée de Roncal ne serait pas complet sans déguster un fromage de brebis local, considéré par plusieurs comme l’un des meilleurs d’Espagne.

    PUBLICITÉ

PAMPELUNE ET SES ENVIRONS

La ville de Pampelune (Pamplona en espagnol, Iruña en langue basque) est située dans une vaste dépression en forme de coquille entourée de montagnes. Véritable lien entre les différentes composantes de la Navarre, celle que l’on nomme Pamplona-Iruña est une ville fière et vivante, marquée par l’histoire. Ses environs sont parsemés de différentes étapes du chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Le nord de la région possède une forte présence bascophone dans des villages sertis au pied de magnifiques sierras.
Pampelune est à la fois basque et espagnole, comme en témoigne les affiches de noms de rues bilingues dans la ville. Mais elle est avant tout navarraise. La ville est mondialement connue pour les célébrations des fêtes de la San Fermin qui s’étendent sur 14 jours au début juillet, particulièrement grâce à ses encierros (la course des taureaux). L’agréable centre historique de Pampelune, dominé par les clochers de la cathédrale, conserve les vestiges d’un passé médiéval glorieux. La Plaza del Castillo, le point central de la ville, est une jolie grande place piétonne bordée d’immeubles à arcades et de bars-restaurants où s’organisent souvent des manifestations populaires. Sur le sol de certaines des ruelles on aperçoit les coquilles marquant le chemin qui traverse la ville vers Saint-Jacques de Compostelle.
Les environs de Pampelune sont riches en monuments religieux et en cités médiévales dont plusieurs constituent des étapes du chemin vers St-Jacques de Compostelle. Le village de Puente la Reina est l’un de ces bourgs qui doit son développement au passage des pèlerins. Aujourd’hui davantage dédié à l’agriculture, le village accueille encore les pèlerins qui doivent emprunter le magnifique pont roman à six arches qui a donné son nom au village. Un peu plus à l’est, la ville d’Estella était jadis une étape importante vers Compostelle et l’une des plus belles cités d’Espagne. Elle conserve de nombreux édifices témoignant de cette époque glorieuse dont l’ancien palais des rois de Navarre et l’église San Miguel avec son splendide portail roman. Non loin d’Estella, plusieurs monastères situés sur le chemin vers Compostelle peuvent être explorés, comme ceux d’Iranzu ou d’Irache.
Les montagnes au nord de Pampelune forment le coeur bascophone de la Navarre. Situés au pied d’imposantes sierras, plusieurs villages comme Alsasua, Uharte-Arakil ou Lekunberri affichent leur basquitude sans contrainte. La région est relativement isolée et peu fréquentée par les touristes. Ce sont des terres d’élevage, peuplées de bergers et de troupeaux, au coeur d’une nature verdoyante. Une randonnée dans l’une des sierras du secteur permet par ailleurs d’aller à la rencontre de ces bergers et de goûter au fameux fromage Idiazabal. Situé à 1 133 mètre d’altitude, le sanctuaire de San Miguel de Aralar , accessible à partir du village de Lekunberri permet de découvrir un magnifique panorama sur les sierras environnantes.

LE SUD DE LA NAVARRE

Au sud de la ville de Pampelune, le terrain montagneux laisse place à de modestes collines et à des plaines dorées. C’est une région au climat méditerranéen où l’influence castillane y est très marquée. De magnifiques châteaux et villages fortifiés témoignent de l’histoire chargée de la Navarre. Sur le bords du fertile bassin de l’Èbre se dresse l’un des seuls désert d’Europe, les spectaculaires Bardenas Reales.
Le secteur situé autour de la ville de Taffala est un pays de forteresses et de châteaux bâtis par les rois navarrais au fil des siècles. Le château des rois de Navarre, situé dans la petite ville d’Olite, mérite un détour pour la beauté de son architecture. Dans les environs, le bourg d’Ujué est un beau village médiéval aux rues étroites, perdu sur les hauteurs d’un plateau. De sa forteresse-sanctuaire, située tout au centre du village, on peut profiter d’une vue superbe sur les Pyrénées, au nord, et sur la plaine de la Ribera s’ouvrant vers le sud. Au nord-est de Tafalla, le village-forteresse d’Artajona est l’une des plus belle place forte médiévale de Navarre et surplombe avec majesté la plaine environnante.La région est également intéressante pour ses vignobles, notamment dans les environs de la petite ville de San Martin de Unx. Fait intéressant, tout le secteur est pourvu d’un grand nombre d’éoliennes qui marquent aujourd’hui le paysage et forment l’un des plus grand parc éolien d’Europe.
L’extrême sud de la Navarre recèle un paysage étrange et inattendu sur les bords de l’Èbre. On peut y découvrir le Parc Naturel des Bardenas Reales, une zone semi-désertique où se succèdent ravins plissés, gorges sinueuses et plaines d’argile claire. Classé Réserve de la Biosphère par l’UNESCO, le parc possède une faune et une flore uniques, s’apparentant à un désert africain. Le parc se divise en trois zones distinctes. La plus remarquable, la Bardena Blanca, se compose de ravins secs, de steppes à la végétation éparse et de collines plissées aux formes spectaculaires. On peut y circuler en voiture dans un chemin balisé et ce, malgré la présence d’un champ de tir des forces aériennes de l’OTAN. Le secteur de la Bardena Negra est formé d’argile rouge et est beaucoup plus fertile. C’est une zone de pâturage pour les bergers qui s’y installent avec leurs troupeaux en hiver. Finalement, le secteur d’El Plano est constitué de plateaux aujourd’hui utilisés à des fins d’agriculture.
Tudela est la deuxième ville de Navarre et le chef-lieu de la Ribera navarraise. Plus espagnole que navarraise, elle n’a rien d’une ville basque. Fondée par les Arabes et reconquise par les rois navarro-aragonais en 1119, elle occupe une situation stratégique au bord de l’Èbre. Tudela a connu un rayonnement culturel important grâce à la cohabitation entres des populations arabes, chrétiennes et juives qui aura duré 400 ans. Son vieux centre en porte toujours les traces, notamment sa cathédrale érigée sur les ruines d’une ancienne mosquée. Les environs sont pourvus de villages à vocation agricole dont les vergers et les cultures maraîchères ont fait la réputation dans toute l’Espagne.
Voir le film

Découvrez la Navarre

Visionnez PAYS BASQUE: UNE NATION SANS FRONTIÈRES en vidéo sur demande
Voir le film

    PUBLICITÉ

LIENS UTILES